né en 1954 à Paris
Ingénieur de l'Ecole Centrale
Charles Giulioli quitte le C.N.R.S en 1979 pour se consacrer entièrement à la peinture.
De 1983 à 1990, il réside aux Etats-Unis et travaille exclusivement avec la galerie Schlumberger. Il expose principalement à New-York et en Californie.
De retour en France, il s’installe dans la région toulousaine et expose régulièrement à Paris et Toulouse.
Il anime pendant 10 ans un séminaire sur le thème "Art et Mathématiques".
En 2003, les nouvelles technologies numériques et ses réflexions sur la peinture, l'ont conduit à créer " L'Œuvre sans fin ", un logiciel de création aléatoire. Cette œuvre, en constante évolution, se présente à la fois sous la forme de tirages digitaux et aussi sous forme d'installations multimédias interactives. Parallèlement, Charles Giulioli continue à créer des peintures sur toiles. Il a réalisé de nombreuses fresques murales, commandes privées et publiques.
Deux de ses œuvres ont été acquises par le Centre National Georges Pompidou à Paris.





 

commandes : Fairmont Hôtel (San José, Californie), Hopital de Neuilly, Toulouse (bâches peintes), Montauban (Théâtre Municipal), CPAM (Toulouse), Siemens (Toulouse, hall d'accueil), Abbott Medical (Paris, hall d'accueil), Vysis (Le Faget, salle de conférence), Zénith de Toulouse (grand hall), Valence d'Agen (Maison de la Formation), Muret (Salle des fêtre, piscine Aqualudia), CNES (Toulouse).

références: Ademe, Agence de l'Eau, Alcoa, Andra, AstraZeneca, American Express, AREAS assurances, A.T.Kearney, Bacou Dalloz, BBGR, Boston Scientific, Bouygues Constructions, CA Chevreux, Carbone Lorraine, Carlson Wagonlit Travel, CCI Brest, CEA, CFPB, Chimex, CMS Bureau Francis Lefebvre, CNAV, CNES, Constantin, Crédit Suisse, Deloitte, Dell, Ducroire, Editions Similia, Entremont, ENSIETA, Exxon Mobil, Foncière des Régions, Gecina, GeoPost, Graniou, GDF Suez, GRTGaz, HAS, Hispano Suiza, INRETS, JTI, Natixis, INSERM, IRSN, Les Echos, Manpower, Marsh, Mutuelle Générale, OGF, Options, Pacifica, Paris Expo, Predica, Safran, Sagem, Saint Louis Sucre, Saretec, SEB, SEDP, Snecma Propulsion Solide, Star Alliance, TAJ, TBWA, Techspace Aero, Thales, TV5, Unibail, Unilog, Ville de Grenoble, VINCI Energies

EXPOSITIONS PERSONNELLES

1981. Tokyo. La Maison Française.
1981. Reims. Galerie du Clair Maret.
1983. Paris. La Charmerie.1983. Munich. Anna Golin.
1984. Paris. Country Club.
1984. New York. Alain Bilhaud Gallery.
1986/1988. Santa Rosa, Schlumberger Gallery(Californie) 4 expositions
1987. Houston (Texas). Université de Houston.
1989. San Francisco. Alliance Franaise.
1990. Montauban. Ancien Collège.
1992/1994. Toulouse. Bâches peintes sur pignons
aveugles et échafaudages de chantiers.
1995. Paris. Galerie Concerto n1.
1996. Bordeaux. Club de la Presse.
1996. Toulouse. Galerie Fabrice Galvani.
1996. Pau. Galerie Henry.
1996. Paris. Exposition en appartement, L. Perceval.
1996. Montauban. Théâtre Municipal.
1997. Paris. Exposition en appartement, L. Perceval.
1997. Orlans. Les Temps Modernes.
1997. Moissac. Galerie du Clotre.
1998. Launaguet. L,Orangerie. Rtrospective
1998. Toulouse. Espace Croix-Baragnon
1999. Toulouse. Exposition prive, P.& M-P.Berry
1999. Lisle/Tarn. Musée R.Lafage
2000. Colomiers. Centre culturel
2000. Toulouse. Centre pour l'UNESCO
2000. Paris. Poltrona Frau
2000. Blagnac. tour DASA
2000. Toulouse. Siemens Automotive SA
2000. Groux-les-bains. Château des Templiers
2001. Paris. Sun Microsystems
2002. Toulouse. CIAM, Université Toulouse le Mirail
2004. Jouy-en-Josas. Domaine du Montcel
2004. Amsterdam. Art Angels Gallery
2005. Blagnac. Galerie Art & Espace
2005. Paris. Admical, assises du Mécénat ( intervention)
2005. Toulouse. Hôtel d'Assézat, conférence " Art & Mathmatiques "
2005. Valence d'Agen, peinture murale
2005. Toulouse, Zénith, toile numérique de 115 m
2006. Toulouse. Galerie Amacla
2006/2017, Installations numériques, Paris, Nantes, Limoges, Toulouse, St-Etienne, Tours, Bordeaux, Reims, Monaco
2010. Toulouse. Centre Culturel Bellegarde
2012. Boulogne. Galerie Mondapart
2013. Toulouse. Galerie Aude Guirauden

2015-2017  Boulogne Galerie Mondapart

2016-2017  Toulouse Galerie Aude Guirauden

EXPOSITIONS DE GROUPE

1979. Paris. Villa Corot.
1980. Paris. Le Salon Permanent.
1981. Aix-en-Provence. Palais des Congrs.
1981. Saint Tropez. Atelier VI.
1985. San Francisco. Vorpal Gallery.
1985. Paris. Figuration Critique.
1986/1988. New York Art Expo. 3 participations.
1988. Los Angeles Art Expo.
1990. Scottsdale (Arizona).Leslie Levy Gallery.
1990. Paris. Galerie Caplain-Matignon.
1990. Pau. Art Prsent.
1991/1998. Toulouse. Salon des Mridionaux.
1991/1997. Montauban. Salon d'Octobre.
1991. La Cavalerie. La Mostra.
1992. Pau. Actuel 92.
1995. Toronto. Teodora Art Gallery.
1996.. Paris. Maison de l'Europe.
1996. Aiguillon. Galerie du Chteau.
1996. Tarbes. Salon AIDEC 96.
1996. Rabastens. 2me Regards.
1996. Toulouse. Centre Culturel Arospatiale.
1998. Toulouse. Le Palladion
1998. Londres. Will's art warehouse
1999. Toulouse. Le Palladion
1999. Londres. Duncan Terrace gallery
2000. Montauban. Muse Ingres
2000. Agen. "Garonne du futur". Jacobins
2000. Pau. Muse des Beaux-Arts
2000. Pau. Palais Beaulieu
2000. Paris. Centre G.Pompidou. Rendez-vous lectroniques
2001. Toulouse. Centre des Congrs P.Baudis
2002. Metz. Artmetz
2002. Paris. Enviedart
2003. Metz. Artmetz/multimedia
2004. Metz. Artmetz/multimedia
2004. Issy-les-Moulineaux. Le Cube
2004. Toulouse. Manifesto
2005. Paris, galerie Art-en-direct
2005. Paris, galerie Art Actuel
2006, Colomiers, Printemps de Colomiers
2009, Paris. Affordable Art Fair
2010, Midi-Pyrénées. Triennale Européenne d'estampe contemporaine
2013. San Francisco. Joan McLoughlin Gallery

2014  Paris. Salon Macparis

2015  Bruxelles. Affordable Art Fair

2015  Paris. Salon Macparis

2016 Bruxelles. Art3F

"parcours"           
J’ai toujours aimé les tableaux, mais je n’ai pas décidé tout de suite de devenir peintre. Mes études d’ingénieur à l’Ecole Centrale me destinaient à un autre avenir, j’avais entamé une carrière de chercheur au CNRS, tout en peignant à mes moments perdus.  Mais très vite, les week-ends ne m’ont plus suffi. Un beau jour de 1978, j’avais 24 ans, encouragé par quelques amis peintres, j’ai quitté le laboratoire pour goûter à la vie d’artiste.

Inspiré par les décors de théâtre, j’ai entrepris de peindre les grandes perspectives qui ont marqué mes débuts. J’avais pensé au départ que quelques années de peinture suffiraient à me rassasier et que je reprendrais par la suite une carrière scientifique. Mais mon envie de peindre ne tarrissait pas et, détail qui a son importance, je pouvais gagner ma vie en vendant mes tableaux. Le Centre Georges Pompidou venait de m’acheter deux œuvres. La peinture allait devenir mon métier.

J’entrepris donc, ainsi qu’il était convenable dans les années 80, d’aller présenter mon travail à New-York. Ce fut une énorme surprise :  non seulement  j’ai pu rapidement exposer et vendre ma peinture mais de plus, je me suis senti très à l’aise dans cette ville, bien plus que je ne l’avais jamais été dans mon Paris natal. Ce fut le début d’un séjour de deux ans extrêmement créatif.  Plus tard, je rencontrai Jacques et Sande Schlumberger, galéristes et mécènes qui m’invitèrent en Californie et devinrent mes marchands exclusifs. Je serais probablement encore à San Francisco si je n’avais rencontré là-bas une jeune Toulousaine qui allait devenir mon épouse. La vie à deux, qui est rapidement devenue la vie à trois avec la naissance de notre première fille, a bouleversé ma vision du monde et profondément influencé ma peinture. Mes paysages inhabités se sont animés et la géométrie m'a semblé triste. Vint aussi la nostalgie du doux pays de France. Il était temps après sept ans de quitter l’Amérique.

De retour en France en 1990, nous avons choisi de nous installer à la campagne, dans le Quercy près de Montauban. Cette « mise au vert » fut l’occasion de remettre en question ma peinture, d’abandonner les perspectives pour revenir à l’espace de la toile. J’ai commencé à dessiner des personnages, à laisser aller le trait… un an de questionnements dont je fus tiré par une commande de la Ville de Montauban : mes idées éparses se sont mises en place et ont pris  la forme d'une fresque de 80m² au plafond du théâtre municipal. L'épisode champêtre s'achevait, je recommençais à montrer mon travail, nous allions rejoindre la ville. 

Nous nous sommes installés à L’Union, près de Toulouse. Mes premières réalisations à Toulouse furent de grandes bâches peintes commandées pour couvrir les nombreux échafaudages du centre-ville. A Supaéro (Ecole Supérieure d’Aéronautique), Yves Charnet m’a invité à animer in séminaire pour les élèves-ingénieurs sur le thème « Art et Mathématiques ». Ces séminaires qui se sont renouvelés depuis 1999 m’ont permis de reprendre contact avec le monde scientifique et notamment de découvrir les possibilités de la programmation informatique. J’ai conçu, par jeu, un programme qui devait produire automatiquement des images qui ressembleraient à ma peinture. Mais cette « machine à peindre » m’a entraîné dans ses engrenages virtuels.Depuis 2003, je développe un logiciel de création d’images que j’ai appelé « L’Oeuvre Sans Fin ». Cet « art numérique » s’éloigne petit à petit de ma peinture et prend sa propre voie. J’ai monté des  installations interactives qui m’ont fait découvrir un tout autre rapport au public. J’ai aussi imprimé des « estampes numériques », prolongement naturel des  lithographies auxquelles je m’étais intéressé bien des années plus tôt.  Les images numériques m’ont aussi conduit à réaliser des impressions en très grand format comme au Zénith de Toulouse ou des peintures murales, comme à Valence d’Agen ou à Muret.

Je partage aujourd'hui mon temps entre la peinture « au pinceau » et la création numérique.  L’une et l’autre se répondent et se complétent, constituant petit à petit une oeuvre singulière.


This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now